JOURNÉE INTERNATIONALE DE L’ÉDUCATION – MESSAGE DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DES NATIONS UNIES – educationcannotwait

 Journée de l'éducation Aujourd’hui, nous célébrons la première Journée internationale de l’Éducation.

L’éducation transforme des vies. Comme l’a dit Malala Yousafzai, messagère de la paix des Nations Unies :  » un enfant, un enseignant, un livre et un stylo peuvent changer le monde « . Nelson Mandela a appelé à juste titre l’éducation « l’arme la plus puissante que vous puissiez utiliser pour changer le monde. »

Bien avant de servir aux Nations Unies ou d’occuper des fonctions publiques dans mon propre pays, j’étais enseignant. Dans les bidonvilles de Lisbonne, j’ai vu que l’éducation est un moteur pour l’éradication de la pauvreté et une force pour la paix.

Aujourd’hui, l’éducation est au cœur des Objectifs de développement durable.

Nous avons besoin d’éducation pour réduire les inégalités et améliorer la santé. Nous avons besoin d’éducation pour parvenir à l’égalité des sexes et éliminer le mariage des enfants. Nous avons besoin d’éducation pour protéger les ressources de notre planète. Et nous avons besoin d’éducation pour lutter contre les discours de haine, la xénophobie et l’intolérance, et pour nourrir la citoyenneté mondiale.

Pourtant, au moins 262 millions d’enfants, d’adolescents et de jeunes ne sont pas scolarisés, pour la plupart des filles. Des millions d’autres qui vont à l’école ne maîtrisent pas les bases.

C’est une violation de leur droit humain à l’éducation. Le monde ne peut pas se permettre une génération d’enfants et de jeunes qui n’ont pas les compétences dont ils ont besoin pour être compétitifs dans l’économie du 21e siècle, et nous ne pouvons pas non plus nous permettre de laisser derrière nous la moitié de l’humanité.

Nous devons faire beaucoup plus pour faire avancer l’Objectif de développement durable 4, pour assurer une éducation de qualité inclusive et équitable et promouvoir des possibilités d’apprentissage tout au long de la vie pour tous.

L’éducation peut également briser et inverser les cycles de pauvreté intergénérationnelle. Des études montrent que si toutes les filles et tous les garçons terminent leurs études secondaires, 420 millions de personnes pourraient sortir de la pauvreté.

Donnons la priorité à l’éducation en tant que bien public; soutenons-la par la coopération, les partenariats et le financement; et reconnaissons que ne laisser personne de côté commence par l’éducation.

Traductions

  • Arabe
  • Chinois
  • Français
  • Russe
  • Espagnol

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Posts